La Dépêche du Midi du 12 juillet 2020

Michel Demay présente les lampes UV-C A7PTIC
Partager l'article

Il lance les lampes germicides

Alors que son activité était complétement à l’arrêt durant la crise du Covid, Michel Demay, gérant de la société toulousaine ARKLED, spécialisée dans l’éclairage LED, a eu l’idée de relancer les lampes germicides. “Ça m’a fait tilt de suite” annonce t-il. Ces lampes “ont la particularité d’émettre des rayons UV-C qui vont détruire 99,9% des virus et bactéries d’un local de 30m2 en 15 minutes” précise Michel Demay.

Equipées de 4 tubes de 55 watts, d’un pied à roulettes, d’un interrupteur et d’un détecteur de présence, les lampes germicides sont faciles d’utilisation et permettent donc de désinfecter des locaux en peu de temps. En cette période post-Covid, Michel Demay vient d’équiper une centaine de dentistes toulousains. “Ils peuvent activer les lampes entre chaque patient et désinfecter leur zone fauteuil en 2 minutes 30”, poursuit-il. Pour lui, ce système d’assainissement, économe en énergie et en produits, pourrait s’étendre à d’autres secteurs comme “les cabinets de kinés, les laboratoires d’analyses, les esthéticiennes, les infirmiers…”

En remettant au goût du jour ces lampes, ARKLED n’a fait que dépoussiérer “un vieux process mis au point par Philips et Osram, 30 ans plus tôt et qui a fait ses preuves. Nous avons juste rajouté un support” précise le Toulousain. Aujourd’hui, avec le Covid, ce produit connaît un second essor. Vendues autour de 900€, ces lampes distribuées par ARKLED sont équipées de tubes produits par Philips et de pieds fabriqués en Bulgarie.

Grâce aux lampes germicides, ARKLED s’offre un nouvel élan et pourrait effacer les pertes économiques liées à la crise sanitaire. Le spécialiste du LED envisage même d’inclure “les tubes ultraviolets dans la lumière. dans la journée, on aurait une ligne électrique qui nous éclairerait et le soir, une seconde ligne, équipée d’une minuterie qui enverrait des ultraviolets et désinfecterait”. Encore une idée lumineuse qui risque de faire des émules.

Sophie Vigroux

Publié le 12/07/2020 à 05:05, mis à jour à 05:12

N’oubliez pas de partager cet article!


Partager l'article